LE GAN-AMI EN CHIFFRES :

ÉLÈVES
SALARIÉS
CLASSES
0
0
0
s2sdefault

 

L'Histoire de Hanoucca

 

 

A l'époque du second Temple, l'occupant Gréco-Syrien soumit le peuple juif à de nombreux décrets dans le but de l'empêcher de pratiquer la Torah et les Mitsvoth dans l'esprit de sainteté qu'il convient, commer ne plus pratiquer la Brit Mila (la circoncision) et ne plus observer Shabbat.

Il abusa des Juifs et de leurs biens.

L'Eternel envoya alors la délivrance à Son peuple par l'intermédiaire de Mattathias, le Grand Prêtre, et de ses fils, les Hashmonaïm, parvinrent à défaire un ennemi pourtant largement supérieur en nombre et en équipement. Judith, la sœur de Mattathias joua elle-même un rôle de premier rang dans cette victoire miraculeuse.

Après leur victoire, le 25 Kislev, les Cohanim s'employèrent à nettoyer le Temple des souillures qu'il avait subit pendant l'occupation et procédèrent alors à l'inauguration du Temple ainsi réhabilité.

L'allumage du Candélabre (Ménora) du Temple ne put se faire que grâce à la miraculeuse trouvaille d'une petite fiole d'huile dont le sceau qu'elle portait témoignait qu'elle n'avait pas été souillée. Le miracle se perpétua, puisque celle-ci, prévue pour l'allumage d'un jour s'avéra suffisante pour illuminer le Temple pendant huit jours. Jusqu'à ce qu'il fut possible de produire de la nouvelle huile propre à l'allumage de la Ménora.

Pour commémorer ces miracles, les Ha’hamim (Sages) de la génération instituèrent pour les générations à venir la fête de ‘Hannouca, qui compte parmi les sept Mitsvoth dites "De Rabanane".

 

Qu'est ce que "Hanoucca ?"

 

Cette célébration est, selon des études récentes, la fête la plus observée par la communauté Juive.

 

Chacun y trouve une signification ou un symbole qui lui est proche. Pourtant, nos sages se demandent dans le Talmud : Maï ‘Hannouca ? Qu’est-ce que ‘Hannouca ? Ils s’interrogent sur le véritable sens de la fête et sur sa principale leçon.

Certains pensent que 'Hannouca représente le triomphe militaire sur l'ennemi et la libération de la Terre Sainte. C'est en effet une partie importante de ‘Hannouca, et sans laquelle cette fête n'aurait pas eu lieu. Mais, ce n'était là que la première étape. Le but était de purifier le Temple et d’y allumer la Ménorah. En d'autres termes, les Maccabis devaient balayer les ténèbres de l’idolâtrie et des coutumes grecques qui avaient été imposées aux Juifs en Terre Sainte; par la suite, il fallait répandre la lumière de la Torah et des Mitsvoth, la lumière de la pureté et la sainteté produite par le mode de vie juif.

Cela explique pourquoi nos sages n’insistent pas sur la victoire mais plutôt sur le miracle de l’huile. C’est la raison pour laquelle la Mitsva de cette Fête est l’allumage des lumières de ‘Hannouca.

Quand une nation est dominée, son désir le plus naturel est de recouvrer la liberté. Pour le peuple Juif, la véritable liberté est celle qui permet de vivre selon le mode de vie judaïque, celui de la Torah et des Mitsvoth. Le miracle de ‘Hannouca ne pouvait être complet qu’une fois la Ménorah allumée à nouveau, dans un Temple purifié et sanctifié.

Il y a deux différences essentielles entre les lumières de 'Hannouca que nous allumons chaque année et celles de la Ménorah qui étaient allumées, jadis, dans le Temple.

La première est que la Ménorah était allumée à l’intérieur du sanctuaire, alors que nous devons allumer les lumières de 'Hannouca vers l'extérieur. La seconde différence est que la Ménorah était allumée alors qu'il faisait encore jour, tandis que les lumières de 'Hannouca sont allumées après le coucher du soleil.

Rappelons que la lumière symbolise la Torah. L’obscurité est alors symbole d’absence de Torah et de Mitsvoth. De même, l’intérieur symbolise le monde de sainteté, le monde spirituel intérieur ; le dehors symbolise le monde matériel. La leçon de ‘Hannouca est claire : nous devons répandre la lumière de la Torah au dehors. La Torah et les Mitsvoth ne sont limitées ni par le temps, ni par l'espace. Notre mode de vie ne se borne pas à certains jours de l’année, tels que Roch-Hachanna, Yom Kippour, les autres fêtes et les Chabbath. Il ne se borne pas davantage à certains lieux, tels que la synagogue ou la maison. La vie juive doit être vécue chaque jour de l'année, que ce soit à la maison ou à la synagogue, à 1’école ou au bureau, et même en marchant dans la rue.

Nous devons apporter – grâce à la Torah et aux Mitsvoth – de la sainteté aux choses les plus ordinaires, à chacun des aspects de notre vie quotidienne. Nous avons le devoir d’étendre le spirituel au monde matériel, de sorte que notre quotidien soit lumineux et rayonnant de sens.

De plus, nous devons agir de façon régulièrement croissante, ainsi que cela est souligné par les lumières de ‘Hannouca que nous allumons en nombre croissant d’une nuit à l’autre de la fête ; commençant avec une bougie le premier soir, deux le second, et ainsi de suite, ajoutant chaque soir une bougie supplémentaire.

Quand chacun de nous s'acquittera de la part qui lui incombe, nous pourrons espérer que la promesse Divine sera réalisée et les ténèbres de notre exil balayées ; alors, (Psaumes 139 - 2) « la nuit brillera autant que le jour. » Cela se réalisera à la venue du Machia’h ; le Temple sera édifié de nouveau. Alors, la Ménorah sera allumée, mais, cette fois, pour ne plus jamais s’éteindre.

 

 

 

LE BLOG DE GUIL ZENOU

dimanche, octobre 14, 2018 LE BLOG DE GUIL ZENOU
J’ai assisté récemment à un cours de Moussar (morale juive) qui citait le concept du Rav Avigdor Millier de « Cinq diamants par jour », chaque action que nous devons effectuer chaque jour pour nous aider à progresser, à devenir de meilleurs Juifs et à améliorer la qualité de notre vie. La liste du Rav Miller inclut les points suivants : Parlez à Hachem une minute par jour : vous pouvez confier vos problèmes à Hachem, Le remercier pour vos réussites, ou autre. Appréciez une chose par jour : aujourd’hui, j’ai apprécié _____________. Faites quelque chose pour Hachem : lorsque vous mangez, pensez : je mange pour être en bonne santé et pouvoir servir Hachem. Je vais dormir pour être bien reposée et servir Hachem. Je suis généreuse et je fais du ‘Hessed, car c’est la volonté de D.ieu. Donnez une Brakha à un autre Juif : vous pouvez le faire en silence. Si vous rencontrez une famille, vous pouvez prier pour qu’ils soient en bonne santé, etc. Proclamez autour de vous à quel point Hachem est remarquable : vous pouvez dire : j’étais fatiguée aujourd’hui, mais Hachem m’a donné la force d’accomplir mes obligations. Nous pouvons appliquer ces principes au domaine éducatif : 1. Parler à Hachem une minute par jour : parlez à Hachem des problèmes que vous rencontrez avec vos enfants. Demandez-Lui de vous aider à trouver des solutions. Nous ne pouvons exercer notre rôle de parents sans l’aide de D.ieu. 2. Appréciez une chose par jour : observez chacun de vos enfants et pensez à l’une de ses qualités, un point que vous aimez chez eux. 3. Faites quelque chose pour Hachem : tout ce que nous faisons pour nous occuper de nos enfants fait partie de la Mitsva de Gidoul Banim (éducation des enfants). Nous pouvons dire : « Je change des couches, je donne à manger à mes enfants, je les emmène à l’école pour accomplir cette Mitsva, pour servir Hachem ». Cela élève la fonction de parent à un tout autre niveau spirituel. 4. Donnez une Brakha à un autre Juif : donnez des Brakhot à vos enfants. Un grand nombre d’entre nous donnons des Brakhot à nos enfants le vendredi soir. Nous pouvons leur en donner chaque jour, pas nécessairement à voix haute. Lorsqu’ils quittent la maison le matin, nous pouvons penser : « Hachem, de grâce, protège-les, aide-les à étudier, aide-les à s’entendre avec leurs amis, etc. ». 5. Expliquez à vos enfants à quel point Hachem est extraordinaire : j’ai une amie qui, le Chabbath, demande à ses enfants de raconter une histoire de Hachga’ha Pratit à la table du Chabbath. Ils doivent raconter une anecdote qui leur est arrivée où ils ont vu la main d’Hachem, par exemple ils ont rencontré un ancien ami par hasard, ils cherchaient un Dvar Torah et ils l’ont trouvé dans le premier livre qu’ils ont consulté, etc. Nous pouvons en faire une version abrégée à table, ou nous pouvons simplement dire devant nos enfants : « Hachem a été si bon pour moi aujourd’hui. J’ai trouvé une place de parking juste devant le magasin, j’ai fini tout le travail que je devais faire, ou j’ai trouvé ma glace préférée au supermarché… ». Adina Soclof Source: © Torah-Box
jeudi, octobre 11, 2018 LE BLOG DE GUIL ZENOU
Ce cours sur la Parachat Noah' doit être un enseignement pour nous tous! Bonne écoute à tous!
lundi, octobre 08, 2018 LE BLOG DE GUIL ZENOU
Bientôt la fin des traitements du cancer par chimiothérapie ? Une équipe de scientifiques israéliens (CLIQUEZ POUR VOIR LA VIDEO) travaille sur des cellules artificielles qui mangeraient littéralement les cellules cancereuses. Ces bijoux de nanotechnologie permettraient aussi de mettre au point un traitement personnalisé, loin des ravages de la chimiothérapie.
dimanche, octobre 07, 2018 LE BLOG DE GUIL ZENOU
Histoire extraordinaire relatée par le Rav Elimélekh Biderman : dans un Talmud Torah de Bné Brak, un enseignant animé de crainte du ciel faisait son travail avec dévouement, et ne s’arrêtait jamais au milieu d’un cours, excepté dans des cas d’extrême urgence, qui étaient exceptionnellement rares. Un jour, à l’approche de Pessa’h, il s’excusa auprès de ses élèves au milieu du cours et se rendit dans la salle des professeurs. L’un des directeurs qui avait remarqué qu’il sortait, l’entendit téléphoner à son domicile et demander d’une voix inquiète si les anciens costumes qui se trouvaient dans l’armoire avaient été jetés à la poubelle.
jeudi, octobre 04, 2018 LE BLOG DE GUIL ZENOU
Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. Or la terre n'était que solitude et chaos; des ténèbres couvraient la face de l'abîme, et le souffle de Dieu planait à la surface des eaux. Dieu dit: "Que la lumière soit!" Et la lumière fut. Dieu considéra que la lumière était bonne, et il établit une distinction entre la lumière et les ténèbres. Dieu appela la lumière jour, et les ténèbres, il les appela Nuit. Il fut soir, il fut matin, un jour. Dieu dit: "Qu'un espace s'étende au milieu des eaux, et forme une barrière entre les unes et les autres."... SOURCE:YT/TORAH BOX
OU NOUS TROUVER ?
Ecole Gan Ami
04.96.10.08.50
47 Rue Saint-Suffren,
13006 Marseille, France
Niveau d'études : De la Crèche au Lycée
Mixité : Garçons - Filles / Mixte
Régime : Contrat association

PARTENAIRE

 

Avec Le Soutien
De
"CHAYIL"-ISRAEL

חינוך יהודי לתפוצות

VIDEO: RAV MEIMOUN CHLITA AU GAN-AMI

Prochaine Fête : Hanoucca

  • Les Mysteres De Hanoucca

    Lire
  • Cours Sur Hanoucca

    Lire