LE GAN-AMI EN CHIFFRES :

ÉLÈVES
SALARIÉS
CLASSES
0
0
0
s2sdefault

 

Tou bichvat c'est quoi ?

Le 15 du mois de Chvat correspond au Nouvel an des arbres.
C'est la fin de la saison pluvieuse et au temps de la montée de la sève dans l'arbre.
L'amandier commence à fleurir vers la mi-Chvat. c'est l'arbre qui fleurit le premier.

Tou bichvat rappelle aussi le lien du peuple juif à Israel et c'est l'occasion de donner cours à notre amour de la terre d'Israël. Tout le monde, depuis le sommet de l’Etat jusqu’au simple citoyen, est invité à planter un arbre et à manger des fruits.

Tou bichvat marque le retour du printemps et les premiers signes de renouveau de la nature, des arbres, des fleurs et des fruits, c'est un renouvellement de notre sensibilité à la beauté de la terre d'Israël.

Les arbres revêtent une valeur et un symbole importants depuis les temps bibliques. La tradition veut, aussi, que l’on plante un arbre dans le lieu de naissance de chaque enfant. Depuis sa création contemporaine en 1948, Israël a planté plus de 200 millions d'arbres, y compris dans le désert du Néguev. Toutefois, avec 8 pour cent de surface boisée, Israël demeure l’un des pays les moins boisés de la planète (la France a 27 pour cent de surface boisée).

Tou bichvat, c'est l'occasion de donner cours à notre amour de la terre d'Israël, donc connaître le sens particulier de cette terre et de découvrir la beauté des paysages de la terre d'Israël.

 

Sources bibliques et rabbiniques

"Et que la terre produise des végétaux, des arbres fruitiers portant selon leur espèce, un fruit pour perpétuer la semence sur la terre, et cela fut ainsi. La terre produisit des végétaux, de l'herbe portant sa semence selon son espèce et des arbres portant fruit selon son espèce." (Genèse béréchith I)

" Si tu assièges une ville durant de nombreux jours, afin de la conquérir, tu ne trancheras pas ses arbres avec la hache, car c'est par eux que tu te nourriras et tu ne les abattras point, car l'homme est comme l'arbre des champs. " (Deutéronome dévarim XX)

"Je ramènerai les captifs de mon peuple Israël ; ils restaureront leurs villes détruites et s'y établiront, planteront des vignes et en boiront le vin, cultiveront des jardins et en mangeront les fruits. Je les replanterai dans leur sol, et ils ne seront plus déracinés de ce sol que Je leur ai donné, dit l'Eternel. " (Amos IX)

"Si tu es en train de planter un arbre et que l'on t'annonce la venue du Messie, termine ta plantation puis va l'accueillir. " (Avoth de rabbi Nathan)

"Comme l'arbre vient de la terre, se dresse vers le ciel et donne des fruits, ainsi en est-il de l'homme dont l'origine est la terre qui aspire à s'élever vers l'Eternel et dont les premiers fruits sont les bonnes actions. (Maharal de Prague sur Pirkey avoth).

 

Déroulement de la fête de Tou bichvat

C'est une fête célébrée en famille et entre amis, très aimée des enfants. Elle se base sur un "Séder de Tou bichvate" que l'on trouve dans un livre de qabala nommé Péri Ets Hadar. On le nomme aussi Haggadah de Tou bichvate.
On essaie de se munir de ces 7 espèces venant de la terre d'Israël.
La cérémonie peut se déroule à n'importe quel moment de la journée, donc au début de ce jour juif.
• La table est décorée par les fruits.
• On commence par dire les psaumes 120 à 134, nommés Cantiques des degrés ou Chir hamaâlote, nommés ainsi parce que ces mots sont dans leur texte, mais aussi parce qu'on les disait sur les escaliers du Temple ou en montant dans la joie vers Jérusalem. Reportez vous à cette page pour ces psaumes et leurs commentaires.
• Après chaque psaume, quelqu'un dit une bénédiction sur l'un des fruits et chacun à son tour fait de même.
• Si on mange plusieurs fruits différents à la suite, on ne dit la bénédiction sur les fruits de l'arbre que pour le premier fruit.
• Toute bénédiction doit comporter 3 conditions : les mots Mélékh (roi) et Baroukh (béni le nom de D.ieu), et l'objet de cette bénédiction ; la formule est ainsi : Baroukh ata Ado-naï Elo-hénou Mélékh haôlam boré (suivis du nom du fruit), ce qui veut dire : Béni sois-Tu Hachém notre Dieu Roi du monde qui a créé...

1. Mézonote.
Un commence par les gâteaux (mézonote) faits avec le blé ou l'orge. On dit la bénédiction avant de manger ; on prend l'objet de la bénédiction dans la main droite et on dit :
Baroukh ata Ado-naï Elo-hénou Mélékh haôlam boré miné mézonote. (les assistants répondent : Amen). Puis chacun fait de même, et tous répondent à chaque fois : Amen.
La bénédiction est toujours suivie immédiatement de la consommation.

2. Olives.
(Ne vous étonnez pas de lire : boré féri haêts et non pas boré péri haêts. Ce que nous écrivons est la prononciation exacte et normale de l'hébreu car le daggéche qui durcit la lettre p de péri tombe après l'une des lettres qui sont dans le tétragramme et après la lettre aleph et nous avons donc f et non pas p. C'est le b-a ba de la lecture de la Torah ; une bonne occasion pour découvrir ces règles si vous les ignorez.) Mais beaucoup ne connaissent pas cette règle et ce n'est pas le moment de le leur faire remarquer!!
Baroukh ata Ado-naï Elo-hénou Mélékh haôlam boré féri haêts (le fruit de l'arbre).

3. Dattes.
Baroukh ata Ado-naï Elo-hénou Mélékh haôlam boré féri haêts (le fruit de l'arbre).

4. Raisins frais ou secs.
Baroukh ata Ado-naï Elo-hénou Mélékh haôlam boré féri haêts (le fruit de l'arbre).

5. Vin.
Baroukh ata Ado-naï Elo-hénou Mélékh haôlam boré féri hagguéféne (le fruit de l'arbre).

6. Figues.
Baroukh ata Ado-naï Elo-hénou Mélékh haôlam boré féri haêts (le fruit de l'arbre).

7. Grenades.
Baroukh ata Ado-naï Elo-hénou Mélékh haôlam boré féri haêts (le fruit de l'arbre).

8. Après ces 7 fruits dits de la terre d'Israël, on peut offrir d'autres beaux fruits.

9. Quand on a fini ce repas, si on a mangé une quantité d'aliment "kazayite" (29 grammes au moins) ou, pour un liquide, la quantité d'un "réviîte" (88 centilitres ou 1/8 de litre, selon d'autres décisionnaires), on dit une bénédiction générale qui reprend ces termes spécifiques cités ci-dessus lors de la bénédiction initiale. Pour les mézonotes (gâteaux), si la quantité dépasse 173 grammes ou 230 (selon d'autres), on passe à la bénédiction globale d'un repas qui est le birkate hammazone. Demander les détails précis pour la bénédiction sur chaque aliment particulier à un rabbin, ou voir dans les livres de prières où cela est généralement bien indiqué.

Beaucoup lisent les versets du Cantique des Cantiques qui parlent de ces fruits.
C'est l'occasion de faire cette recherche, très agréable, à plusieurs la découverte est encore plus agréable.

LE BLOG DE GUIL ZENOU

dimanche, octobre 14, 2018 LE BLOG DE GUIL ZENOU
J’ai assisté récemment à un cours de Moussar (morale juive) qui citait le concept du Rav Avigdor Millier de « Cinq diamants par jour », chaque action que nous devons effectuer chaque jour pour nous aider à progresser, à devenir de meilleurs Juifs et à améliorer la qualité de notre vie. La liste du Rav Miller inclut les points suivants : Parlez à Hachem une minute par jour : vous pouvez confier vos problèmes à Hachem, Le remercier pour vos réussites, ou autre. Appréciez une chose par jour : aujourd’hui, j’ai apprécié _____________. Faites quelque chose pour Hachem : lorsque vous mangez, pensez : je mange pour être en bonne santé et pouvoir servir Hachem. Je vais dormir pour être bien reposée et servir Hachem. Je suis généreuse et je fais du ‘Hessed, car c’est la volonté de D.ieu. Donnez une Brakha à un autre Juif : vous pouvez le faire en silence. Si vous rencontrez une famille, vous pouvez prier pour qu’ils soient en bonne santé, etc. Proclamez autour de vous à quel point Hachem est remarquable : vous pouvez dire : j’étais fatiguée aujourd’hui, mais Hachem m’a donné la force d’accomplir mes obligations. Nous pouvons appliquer ces principes au domaine éducatif : 1. Parler à Hachem une minute par jour : parlez à Hachem des problèmes que vous rencontrez avec vos enfants. Demandez-Lui de vous aider à trouver des solutions. Nous ne pouvons exercer notre rôle de parents sans l’aide de D.ieu. 2. Appréciez une chose par jour : observez chacun de vos enfants et pensez à l’une de ses qualités, un point que vous aimez chez eux. 3. Faites quelque chose pour Hachem : tout ce que nous faisons pour nous occuper de nos enfants fait partie de la Mitsva de Gidoul Banim (éducation des enfants). Nous pouvons dire : « Je change des couches, je donne à manger à mes enfants, je les emmène à l’école pour accomplir cette Mitsva, pour servir Hachem ». Cela élève la fonction de parent à un tout autre niveau spirituel. 4. Donnez une Brakha à un autre Juif : donnez des Brakhot à vos enfants. Un grand nombre d’entre nous donnons des Brakhot à nos enfants le vendredi soir. Nous pouvons leur en donner chaque jour, pas nécessairement à voix haute. Lorsqu’ils quittent la maison le matin, nous pouvons penser : « Hachem, de grâce, protège-les, aide-les à étudier, aide-les à s’entendre avec leurs amis, etc. ». 5. Expliquez à vos enfants à quel point Hachem est extraordinaire : j’ai une amie qui, le Chabbath, demande à ses enfants de raconter une histoire de Hachga’ha Pratit à la table du Chabbath. Ils doivent raconter une anecdote qui leur est arrivée où ils ont vu la main d’Hachem, par exemple ils ont rencontré un ancien ami par hasard, ils cherchaient un Dvar Torah et ils l’ont trouvé dans le premier livre qu’ils ont consulté, etc. Nous pouvons en faire une version abrégée à table, ou nous pouvons simplement dire devant nos enfants : « Hachem a été si bon pour moi aujourd’hui. J’ai trouvé une place de parking juste devant le magasin, j’ai fini tout le travail que je devais faire, ou j’ai trouvé ma glace préférée au supermarché… ». Adina Soclof Source: © Torah-Box
jeudi, octobre 11, 2018 LE BLOG DE GUIL ZENOU
Ce cours sur la Parachat Noah' doit être un enseignement pour nous tous! Bonne écoute à tous!
lundi, octobre 08, 2018 LE BLOG DE GUIL ZENOU
Bientôt la fin des traitements du cancer par chimiothérapie ? Une équipe de scientifiques israéliens (CLIQUEZ POUR VOIR LA VIDEO) travaille sur des cellules artificielles qui mangeraient littéralement les cellules cancereuses. Ces bijoux de nanotechnologie permettraient aussi de mettre au point un traitement personnalisé, loin des ravages de la chimiothérapie.
dimanche, octobre 07, 2018 LE BLOG DE GUIL ZENOU
Histoire extraordinaire relatée par le Rav Elimélekh Biderman : dans un Talmud Torah de Bné Brak, un enseignant animé de crainte du ciel faisait son travail avec dévouement, et ne s’arrêtait jamais au milieu d’un cours, excepté dans des cas d’extrême urgence, qui étaient exceptionnellement rares. Un jour, à l’approche de Pessa’h, il s’excusa auprès de ses élèves au milieu du cours et se rendit dans la salle des professeurs. L’un des directeurs qui avait remarqué qu’il sortait, l’entendit téléphoner à son domicile et demander d’une voix inquiète si les anciens costumes qui se trouvaient dans l’armoire avaient été jetés à la poubelle.
jeudi, octobre 04, 2018 LE BLOG DE GUIL ZENOU
Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. Or la terre n'était que solitude et chaos; des ténèbres couvraient la face de l'abîme, et le souffle de Dieu planait à la surface des eaux. Dieu dit: "Que la lumière soit!" Et la lumière fut. Dieu considéra que la lumière était bonne, et il établit une distinction entre la lumière et les ténèbres. Dieu appela la lumière jour, et les ténèbres, il les appela Nuit. Il fut soir, il fut matin, un jour. Dieu dit: "Qu'un espace s'étende au milieu des eaux, et forme une barrière entre les unes et les autres."... SOURCE:YT/TORAH BOX
OU NOUS TROUVER ?
Ecole Gan Ami
04.96.10.08.50
47 Rue Saint-Suffren,
13006 Marseille, France
Niveau d'études : De la Crèche au Lycée
Mixité : Garçons - Filles / Mixte
Régime : Contrat association

PARTENAIRE

 

Avec Le Soutien
De
"CHAYIL"-ISRAEL

חינוך יהודי לתפוצות

VIDEO: RAV MEIMOUN CHLITA AU GAN-AMI

Prochaine Fête : Hanoucca

  • Les Mysteres De Hanoucca

    Lire
  • Cours Sur Hanoucca

    Lire