CAMPAGNE D'INSCRIPTION 2020- 2021

Présentation

Sur l’initiative de Monsieur le Grand Rabbin de France Joseph SITRUCK (alors Grand Rabbin de Marseille) et celle de parents d’élèves désireux de donner à leurs enfants une éducation de qualité, le Gan Ami a vu le jour en septembre 1979. L’école situe son fondement ainsi que son échelle de valeur dans le judaïsme traditionnel. Elle donne à l’étude de la Thora et à la pratique des mitsvoth une place centrale dans son projet. Israël est au centre de son programme pédagogique parce que c’est le lieu d’excellence indiqué par la Thora et parce que l’histoire du peuple juif s’y élabore de façon décisive au XX e siècle, mais aussi en ce début du XXI e siècle. Une scolarité au Gan Ami doit permettre à l’élève, selon son choix et ses aptitudes propres à suivre des études supérieures générales ou talmudiques en France ou en Israël...
0
0
0
s2sdefault

Chers Amis et Chers enfants Boker Tov ,

Providence ? Vous avez dit Providence ?
Suivez nous ...et que nous soyons gratifiés de bonnes nouvelles amen !

J’écris mon histoire avec une émotion très vive …
J’ai grandi dans une famille comptant 7 enfants rien qui ne sorte de l’ordinaire jusqu’à mes12 ans.
Tout a commencé par une grande faiblesse accompagnée d’évanouissements, puis d’examens médicaux dont le diagnostic fut terrible : cancer.
Ma vie a soudainement basculé. Au lieu de l’école, l’hôpital …
Au lieu des camarades de classes, des amis partageant ma chambre d’hôpital et mon destin.
A lieu de jeux sans pause, des examens sans cesse …
Au lieu de me sentir bien, me sentir très mal.
Trois mois après mon hospitalisation on m’annonça que j’allais participer à une colonie de vaca nces. Je crus dans un premier temps à une mauvaise blague, ce que je voulais plus que tout, c’était de rester dans mon lit.
Mes parents eurent le dernier mot.
Vite je compris que cette colonie était particulière puisqu’elle ne concernait que des enfants malades, comme moi …
La seule personne qui me donna des forces était Raphael, mon animateur. Chaque enfant avait son propre tuteur, le mien était un véritable ange.
Il avait 16 ans, mais était d’une maturité incroyable.
Je me suis lié à lui très intensément. Il a partagé avec moi beaucoup : les soins, la perte de mes cheveux, les espoirs, les déceptions, les attentes interminables et j’en passe.
Il me soutenait moralement, physiquement et spirituellement puisqu’il étudiait avec moi nos textes sacrés.
Cette année-là je célébrai ma bar mitzva … Ce ne fut pas une grande fête … Il y avait beaucoup d’émotion et de larmes, beaucoup de craintes et d’espoir … le tout comme on peut l’imaginer à propos d’une personne dont l’avenir immédiat est incertain.
Une année passa, puis de nouveau se posa la question de la « colonie », je n’avais qu’une condition : Raphael devait être mon tuteur. Nous nous retrouvâmes cette fois comme deux amis. Quelque mois plus tard j’eus enfin la bonne nouvelle que j’attendais : guérison …
Peu à peu je repris une vie normale … Le temps passa, 4 ans pour être précis, je vis moins souvent Raphaël jusqu’à ce jour où lui m’appela pour m’annoncer qu’il souffrait à son tour d’un cancer.
Cette satanée maladie fit un retour tonitruant dans ma vie alors que je venais d’atteindre ma majorité … Soudain les rôles s’inversèrent, Raphael qui était le plus solide de nous deux sombra, puis moi je pris sur moi de le soutenir de toutes mes ressources.
Comble du hasard ou du non hasard, Raphaël était hospitalisé dans le même hôpital que le mien, dans la même chambre que celle où je vécus de longs mois.
Durant cette année-là, je lui rendis visite tous les jours sans exception. Nous parlions durant des heures, et un soir je lui proposais de m’écrire quand je n’étais pas là … Il me répondit presque de façon énigmatique :
-«Avec toi je ne corresponds pas ».
- «Pourquoi ? L’ai-je questionné. Il m’apprit qu’il m’avait écrit un jour une très longue lettre avant mon dernier traitement, resté sans réponse …
Je ne me souvins plus de la chose, ce qui sembla accentuer encore sa déception …
Après quelques précisions, je me suis rappelé qu’en effet avant la dernière opération, j’avais dissimulé cette lettre dans un recoin de la chambre pensant la récupérer aussitôt après…
Je demandais à Raphael quelques instants, je fouillais dans le double fond de l’armoire de bain, et je retrouvais le courrier.
Impossible de retenir mes larmes, en découvrant tous les mots de Raphael … Des mots écrits avec les larmes d’ailleurs pour me relever, m’encourager, me porter…
J’avais presque envie de lui retourner ce même courrier, les rôles s’étaient complètement inversés…
La providence a conservé cette lettre …
Raphael est remis depuis peu, nous continuons à étudier et prier ensemble…
Il faut tenir bon !

Courage,de bonnes nouvelles bh et Chabbat Chalom.
GZ

DERNIERS ARTICLES DU BLOG
La communauté ancestrale de Djerba dans un environnement d'un autre temps, avec les commentaires de François Chalet...
Petit pays moderne greffé sur la carte géopolitique du Proche-Orient, Israël a toujours combattu pour son existence puis pour sa défense et son expansion. L'histoire de la région est passionnante,...

ECOLE GAN-AMI MARSEILLE

OU NOUS TROUVER ?