CAMPAGNE D'INSCRIPTION 2020- 2021

Présentation

Sur l’initiative de Monsieur le Grand Rabbin de France Joseph SITRUCK (alors Grand Rabbin de Marseille) et celle de parents d’élèves désireux de donner à leurs enfants une éducation de qualité, le Gan Ami a vu le jour en septembre 1979. L’école situe son fondement ainsi que son échelle de valeur dans le judaïsme traditionnel. Elle donne à l’étude de la Thora et à la pratique des mitsvoth une place centrale dans son projet. Israël est au centre de son programme pédagogique parce que c’est le lieu d’excellence indiqué par la Thora et parce que l’histoire du peuple juif s’y élabore de façon décisive au XX e siècle, mais aussi en ce début du XXI e siècle. Une scolarité au Gan Ami doit permettre à l’élève, selon son choix et ses aptitudes propres à suivre des études supérieures générales ou talmudiques en France ou en Israël...
0
0
0
s2sdefault

Les artefacts remontent probablement à 2.500 ans

Une bulle et un sceau fait d'éclats de poterie réutilisés ont été mis au jour au cours de fouilles archéologiques entreprises par l'Autorité des antiquités d'Israël et l'Université de Tel-Aviv dans la Cité de David, au cœur de la Vieille ville de Jérusalem. 

Selon les chercheurs, les artefacts remontent probablement à la période perse - il y a environ 2.500 ans - et offrent des preuves archéologiques attestant que, même après la terrible destruction qu'elle a subie en 586 avant l’ère commune par la main des Babyloniens, la Ville sainte est parvenue à maintenir son statut de centre administratif. 

"La découverte de ces sceaux dans la cité de David indique que malgré la situation désastreuse de la ville après sa destruction, des efforts ont été entrepris pour rétablir le fonctionnement des autorités administratives", expliquent dans un communiqué le Pr Yuval Gadot de l'Université de Tel-Aviv et le Dr Yiftah Shalev de l'Autorité des antiquités. 

Les empreintes de sceaux – désignées par les experts par le terme latin bullae - étaient généralement en argile et utilisées pour signer des documents et garantir que ceux-ci parviendraient intacts à leurs destinataires.

L'empreinte de sceau qui vient d'être trouvée, de style typiquement babylonien selon les experts, représente une personne assise sur une chaise avec une ou deux colonnes devant elle. La figure serait celle d'un roi, tandis que les colonnes seraient des symboles des dieux Nabu et Marduk. 

Le sceau qui mesure environ 8 cm de diamètre, porte un cadre circulaire et contient plusieurs inscriptions linéaires, probablement conçues pour ressembler à des lettres.

 

 Source:I24news

DERNIERS ARTICLES DU BLOG
Une véritable immersion auprès d'une équipe d'intervention d'Haztalah, en plein contexte de Coronavirus. Une unité de secours religieuse qui travaille main dans la main avec le Maguen David Adom, au...
La Amida est le summum de la prière juive. Elle est un moment d'intimité incomparable entre l'homme et son Créateur. Comment arriver à la fusion entre Hachem et nous ?

ECOLE GAN-AMI MARSEILLE

OU NOUS TROUVER ?