LE GAN AMI EN CHIFFRES :

ÉLÈVES
SALARIÉS
CLASSES
€ DE BOURSES AUX ÉCOLAGES
€ DE BOURSES AUX SÉJOURS
0
0
0
s2sdefault

Chers Amis et Chers Enfants Boker Tov,

Les gens pensent être plus malins que les autres en les trompant,ils ne comprennent pas que ce seront eux les grands perdants ...
Dans le même registre,on peut consciemment ou inconsciemment s'en prendre à autrui par jalousie ou par sentiment de revanche et vengeance,mais le véritable perdant d'une telle attitude est son auteur .
La rancune,la colère sont des sentiments nocifs pour soi-même.
C'est un poison qui peut entraver notre marche dans la vie.
C'est pourquoi il faut se répéter que personne ne mérite que pour lui,on pollue notre vie,particulièrement celui qui vous
aurait causer du tort.
Il faut considérer que ce qui est arrivé de désagréable devait arriver...
Quant au futur,nous avons encore la possibilité de faire de bons choix
sans jamais présager de ce que D.ieu lui en fera ...
Patience et foi en LUI nous permettront en toute circonstance de prendre de la hauteur,non ?
Courage et Bonnes nouvelles.
GZ

0
0
0
s2sdefault

SOURCE : YT/TORAHBOX

0
0
0
s2sdefault

Chers Amis et Chers Enfants Boker Tov,

RONY est né dans une famille non seulement laïque mais antireligieuse…
Dès l’âge de 15 ans, RONY suivit une formation pour devenir coiffeur. Sa réussite fut fulgurante, en quelques années il devint le coiffeur des célébrités : chanteurs, journalistes, acteurs et j’en passe.
Il se maria à l’âge de 22 ans, au sommet de sa gloire. Matériellement il ne manqua de rien, au contraire il vécut dans l’opulence et dans le luxe.

Quelques années plus tard alors qu’il venait de célébrer son 27ème anniversaire, et la naissance de son second enfant, il fit un rêve qui le troubla profondément.

Dans son rêve, marchant dans la rue, il voit soudainement apparaître un nuée lumineuse à travers de laquelle sort un vieil homme à la barbe blanche et aux yeux éclairés.
Cet homme invite RONY à lui rendre visite chez lui, pour lui prodiguer quelques conseils.
Surpris, RONY le prie de bien vouloir lui décliner son identité, son adresse. Le vieil homme lui communique son nom et son adresse avant de disparaître…

A son réveil, RONY est sous le charme du visage éblouissant qui s’est révélé à lui… Il se dit qu’il s’agit d’un simple songe et se dirige vers son salon de coiffure…
Il est accueilli par sa sœur GALITH, les clients sont déjà nombreux…
Il s’apprête à inviter l’une des personnes à rejoindre son fauteuil, quand il est pris d’un étourdissement, il entend une voix, celle du rêve.
- « RONY, pas de crainte, je veux te rencontrer »
Les clients présents, sa sœur, l’entendent parler, répondre :
- « Mais je viendrai, oui je viendrai »
Sa sœur est inquiète et le pense surmené, lui conseille d’aller voir un médecin.
RONY n’écoute que son cœur, il quitte le salon sans un mot et déambule dans les rues avoisinantes avant de se résoudre à se rendre à l’adresse que le vieil homme lui avait indiquée lors de ce rêve si bizarre…

Une heure plus tard, il est devant la porte d’un appartement plutôt modeste. Il est accueilli par un jeune homme qui du doigt lui signifie qu’il devra attendre son tour. Et voilà que le Rav arrive, en voyant RONY il esquisse un grand sourire comme s’ils se connaissaient depuis longtemps…
Puis s’adressant à RONY, il ne finit pas de le surprendre :

- « RONY BEN HAIM, je t’attendais et que soit heureuse celle qui a pu te donner naissance… »
- « Vous connaissez mon nom, de même que celui de mon père !? »
- « Pourquoi réfléchis-tu tant ? Vois-tu RONY, j’ai fais un rêve où je t’ai vu te promenant au … paradis ! »
- « Mais, vous devez vous tromper, excusez-moi, je suis à mille lieux du judaïsme, ce n’est pas possible »
- « Non, mon enfant, aucune erreur, dans mon rêve un ange est venu vers toi avant de t’envelopper d’un châle blanc, tu es estimé là-haut. Va en paix. »

Abasourdi, RONY marque le pas avant de lancer une question :
- « Vous appelez-vous SHALOM ? »
La réponse fuse :
- « OUI ! »
- « Mais est-il possible que j’ai moi aussi dans un rêve entendu parler de vous ?
- « Oui, mon enfant, rentre chez toi à présent, tu n’as rien à craindre… »

RONY est reçu par son épouse et sa sœur qui semblent comme préoccupées par son état. Sa sœur lui rappelle son comportement pour le moins étrange du matin. Il ne les rassure qu’à moitié…
Cette nuit là RONY ne trouve pas le sommeil. À trois heures du matin, il se rend chez le Rav SHALOM, il le trouve sortant de chez lui, thermos à la main, de même que son vieux livre de prières à la main :
- « Où vas-tu comme cela mon enfant ? »
- « Je veux prier »
- « Mais, ce n’est pas encore l’heure, mon enfant. Alors si tu veux te joindre à moi, nous allons étudier… »

Et c’est ainsi que RONY s’es mis à étudier toutes les nuits et durant six mois.
Durant cette période RONY ne changea pas ses habitudes : il travaillait quotidiennement dans son salon sans même porter de Kippa, son Shabbat était un jour profane.

Un vendredi soir, RONY rentre chez lui après le début de Shabbat, il prend sa douche puis s’installe devant son téléviseur.
Soudain, il se sent comme saisi d’une décharge électrique, il ne peut plus bouger…
Son épouse s’en rend compte :
- « Qu’as-tu ? »
- « Je ne peux plus bouger »
S’ensuit une panique indescriptible. Elle lui renverse de l’eau sur la tête, appelle au secours. Au milieu de cette tourmente, RONY voit apparaître devant lui le RAV… Il est le seul à le voir.
- « Shabbat Chalom, mon enfant, pas de crainte… »
- « Pourquoi suis-je paralysé »
L’épouse de RONY le voit et l’entend parler dans le vide, elle ne peut imaginer ce que lui vit…

RONY ajoute :
- « Je fais le vœu de respecter le Shabbat durant un an. »
A peine prononce-t-il le dernier mot qu’il retrouve ses capacités physiques.
L’épouse de RONY abasourdie par la promesse de RONY qu’elle a entendue, par sa curieuse attitude, exige que celui-ci consulte un psychiatre. RONY refuse et réitère son engagement relativement au Shabbat.
Des semaines de tension extrême se succèdent et risquent désormais de déboucher sur un divorce.

Un jour, alors que RONY est auprès de Rav SHALOM, son fils âgé de 6 ans se présente :
- « Maman t’attend dans la voiture ! »

Le Rav SHALOM regarde l’enfant, le saisit par le bras avant de faire tourner une pièce d’argent autour de sa tête.
RONY ne comprend pas, le Rav lui explique alors qu’il vient de consacrer cette pièce à la Tsedaka afin que l’enfant soit protégé.

Le soir-même, alors que l’enfant s’apprête à rejoindre ses camarades, il fait une chute terrible dans l’escalier. Plusieurs mètres dévalés en quelques secondes interminables.
La maman et les voisins, témoins de cette scène, hurlent de désespoir.
La maman racontera qu’en un instant, dans son cœur, elle put s’adresser au Tout Puissant, lui promettant de ne plus faire opposition entre Lui et son mari.

L’enfant sortira indemne de cette chute, il racontera à sa maman :
- « Maman, c’est le Rav de papa que j’ai vu en tombant, il m’a entouré de ses bras avec un grand sourire, en me rassurant… »

Hasard ou Providence ?
Je vous le demande.
Courage et Chabbat Chalom
GZ

0
0
0
s2sdefault

Chers Amis et Chers Enfants Boker Tov,

Il y a une notion dans le judaïsme qui est réservée à une catégorie de juifs pratiquants.
Le fait de s'imposer plus encore que ce qu'exige la Mitsvah , en hébreu , cela s'appelle « HOUMRA », la traduction inutile serait « sévérité ».
Généralement les « HOUMROT (au pluriel) peuvent nourrir davantage la crainte de D.ieu.
Ceux qui adoptent ce principe sont plus sensibles à la réhabilitation de la Mitsvah et peuvent atteindre des sommets spirituels.
Nos Maîtres mettent cependant en garde le peuple, cette pratique ne peut concerner tout le monde, et c'est au cas par cas que l'on peut déterminer si cela vous convient.

L'un des élèves de Rav Brisck était à la fois brillant dans ses études et fervent dans la pratique des Mitsvoth. Il demanda un jour audience à son maître pour lui formuler une demande peu commune :


- « Maître, j´aimerais accueillir le Chabbath dès la mi-journée le vendredi, et ce afin que le Chabbath soit plus long et spirituellement profitable pour moi »

Le Rav réfléchit de longues minutes avant de répondre :


- « Mon cher élève, je suis d'accord à une condition : c'est qu'en faisant entrer le Chabbat si tôt, tu ne considère pas tous ceux qui sont autour de toi comme profanateurs du Chabbath ».


L'élève comprit bien vite l'allusion du maître et se retira en renonçant à son idée.

On voit souvent des gens qui cherchent à faire plus encore que la normale quand il s'agit de loi juive... Mais attention à ne pas le faire au détriment de l'essentiel : la considération des autres, Non ?
Courage et Bonne journée,
GZ

0
0
0
s2sdefault

La Paracha de la semaine Parachat Ki Tétsé, va nous donner un enseignement de qualité qui va nous permettre de nous préparer à la Téchouva et qui va nous permettre de mieux vivre notre judaïsme. Bonne écoute à tous.

Source: TORAH ACADEMY

0
0
0
s2sdefault

MERCI À LAURENT BENDAYAN POUR CES IMAGES

0
0
0
s2sdefault

Chers Amis et Chers Enfants Boker Tov,


Il arrive pas une fois,ni même deux fois bien plus...que l'on s'efforce sans pour autant obtenir de résultat en conséquence de notre effort.
En revanche,parfois nous rencontrons le phénomène inverse : on est perdu,on ne sait
par quoi commencer,mais parce que l'on reste de bonne composition,c'est à dire positif,
les choses s'arrangent d'elles mêmes ,non ?

Rabbi Tsadok Hacohen Milouvlin nous enseigne que notre rôle doit se limiter à "vouloir, et s'efforcer de son mieux". Mais l'issue appartient au Tout-Puissant.
La réussite ou l'échec de notre action ne dépend de nous.
Intégrer ce principe revient à se libérer de beaucoup de pression que la vie nous réserve.
Mon Rav me répète souvent :"tu as fait de ton mieux ? Laisse D.ieu faire son travail à
présent..."

Courage et Bonne journée,
GZ

0
0
0
s2sdefault

Cette chanson écrite en 1925 par Lew Pollack, exprime la sensibilité et l'amour d'une mère juive pour ses enfants et sa famille.
Interprétée par le cantor Yitzchak Meir Helfgot et magistralement accompagné au violon par l'israélien Itzhak Perlman,
considéré comme l'un des plus grands violonistes du XXe siècle et du XXIe siècle .

Source: UNIVERS TORAH

0
0
0
s2sdefault

Chers Amis et Chers Enfants Boker Tov,


Que faire quand on se sent impuissant face à certains problèmes ?
Souvent,la réponse la plus juste serait : Rien !

Bien sûr,on pense à des situations où spécifiquement,on est dans une
telle impasse qu'il n'y a absolument rien à faire.
La seule chose à faire est justement de ne pas fixer son attention sur le problème,
en étant actif de par ailleurs de sorte que celui-ci ne pèse pas sur notre
quotidien de façon inconsidérée .
Bien sûr,à cela,nos Maîtres recommandent la prière.
La prière "conventionnelle" est celle que l'on trouve dans les livres,rédigés
par nos Maîtres depuis longtemps.A celle-la,on peut ajouter la prière
personnelle,dans son propre langage,avec ses propres besoins,dans sa
propre langue si nécessaire...La prière étant un acte de foi.
Même au point culminant de la difficulté,ne jamais oublier que demain est un jour
nouveau,avec d'autres nouvelles,d'autres perspectives et opportunités ...
Courage,et de bonnes nouvelles ...
GZ

0
0
0
s2sdefault

SOURCE: YT/TORAHBOX

 

LES PROGRAMMES 2017-2018

 CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR L'AGRANDIR 

17991358 1327662920655886 889204611987668049 o18193700 10155471102822044 4358843032013237430 n17492281 1306030519485793 3048938785128600004 o

 

RETROUVEZ L'APPLICATION DU GAN AMI SUR IPHONE ET ANDROID

 logo IMPRESSION  2014-2015  C

CLIQUEZ CI-DESSOUS POUR TELECHARGER L'APPLICATION DU GAN AMI

APPLICATION GRATUITE 'GAN-AMI' 
Retrouvez nous à tout moment : Informations,Enseignements, ...
L'école du Coeur vous propose une application du ...Coeur ! 

IPHONE

 ANDROID

PROCHAINE FÊTE JUIVE :ROCH HACHANA

Quelques lois et coutumes de la veille et des jours de Roch Hachana Que fait-on la veille de Roch Hachana ?...
Roch Hachana 5778 Du 20 (Soir) au 22 septembre 2017 ATTENTION : CETTE ANNEE ROCH HACHANA SERA DIRECTEMENT SUIVI DE CHABBAT Les Mystères de Roch Hachana Mais qui est jugé ce jour-là ? Le Judaïsme est...