LE GAN AMI EN CHIFFRES :

ÉLÈVES
SALARIÉS
CLASSES
€ DE BOURSES AUX ÉCOLAGES
€ DE BOURSES AUX SÉJOURS
0
0
0
s2sdefault

Chers Amis et Chers Enfants Boker Tov,

La Michna Avot rapporte :"Il disait ,ceux qui naissent,naissent pour mourir.
Et ceux qui meurent,meurent pour connaître une autre vie.Et durant leur vie,ils sont jugés,tout cela selon un décompte précis puisque malgré toi tu as été conçu,
malgré toi tu es né,malgré toi tu vivras et malgré toi tu quitteras ce monde ..." (Traduction libre)

Bien qu'étant placé dans le monde pour y vivre malgré lui,c'est pour son bien qu'il est là.
Comme le bébé à qui on donne son bain sans lui demander son accord puisque c'est bon
pour lui .
Le Hatam Sofer *précise que la vitalité de l'homme réside dans les moments difficiles
de sa vie qui trouve toute sa justification dans la notion de "Malgré toi".
Ce sont les obstacles et autres défis de la vie surgissant sur notre chemin,et notre
manière de les aborder qui feront que nous serons "Hommes",ou pas d'ailleurs.
Nous ne devons certes pas rechercher les difficultés,mais quand elles se présentent,n'oublions pas qu'elles donnent un sens à notre présence ici-bas.
Ce n'est pas facile,c'est un travail à faire sur soi.
Courage et Bonne journée.
GZ

*Hatam Sofer :surnom du Rav Moshé Sofer,un grand Maître du judaïsme européen du XIXé siécle.

0
0
0
s2sdefault

SOURCE:FB/CINEMATOV

0
0
0
s2sdefault

Chers Amis et Chers Enfants Boker Tov,

On ne peut pas être performant dans tous les domaines,surtout comparé à d'autres personnes,mais a-t-on vraiment besoin de se comparer aux autres ?

Si vous interrogez un enfant de l'age de 3-4 sur sa capacité à dessiner correctement,il vous répondra par la positive .
La même question posée à un adulte,le plus souvent recueillera une réponse négative.

Pourquoi ?

L'enfant ne se compare pas aux autres,l'adulte oui.
Le plus souvent,on a la fâcheuse habitude de se déconsidérer car on trouvera toujours quelqu'un d'autre avec des compétences qu'on jugera supérieures,à tort ou à raison.

Et si on changeait,si on prenait la peine de s'auto-évaluer par rapport à son vécu personnel,ses capacités personnelles et surtout son investissement personnel ?

Je pense qu'on verrait notre vie différemment,sans doute avec moins de frustrations aussi.
Non ?

Courage et Bonne journée,
GZ

0
0
0
s2sdefault

Chers Amis et Chers Enfants Boker Tov,

On raconte à propos du Baal Chem Tov* qu'une veille de Pessah,alors que tout le monde était oppressé par la préparation de la fête,il jura à une femme stérile fort insistante qu'elle aurait un enfant.
C'est ce qui se produisit.Mais dans le ciel on lui tint rigueur,décrétant qu'il n'aurait pas de "monde futur" .
Quand il le sut,il prit sur lui d'accepter
l'inacceptable,c'est à dire servir D.ieu ici bas sans récompense aucune.
Neuf mois plus tard,il vit en songe Ahia Hachiloni,le prophète qui lui affirma que cet épisode n'était qu'une épreuve et qu'il aurait droit à sa part au monde futur .

Réfléchissons à la position adoptée par le Baal Chem Tov .
L'épreuve survient,il sombre avant de transformer sa douleur en défi,ce qui le place dans une dynamique positive.
On commet parfois des erreurs qu'on considère trop vite comme fatales,ce qui nous fait vite sombrer.
Rien n'est jamais irrévocable,et ce que l'on perçoit aujourd'hui comme catastrophique,peut demain prendre une forme de salut.
Le tout est de ne pas sombrer entre temps...Non ?

Courage et Bonne journée,
GZ

*Le Baal Chem Tov,est le surnom de Rabbi Israel Ben Eliezer,le fondateur du mouvement hassidique ayant vécu au 18ème siècle .

0
0
0
s2sdefault

Le Rav Mordékhaï Eliyahou nous a relaté l'histoire suivante : « Un jour, je participai à une Sé’oudat Mitsva avec Baba Salé à Nétivot, et parmi les participants se trouvait un certain Elbaz, membre du conseil municipal de la ville de Béer Chéva, représentant le parti Mérets (partie politique israélien d’extrême gauche).

Certains pensaient qu’il n’était pas souhaitable qu’un homme tel que lui, n’étant pas respectueux des Mitsvot, participe à une Sé’oudat Mitsva en compagnie d’un homme saint et pur comme Baba Salé, et comme j’étais assis à côté de lui en tête de table, on me demanda de transmettre à Baba Salé de demander à cet homme de quitter les lieux.

Or, je ne voulais pas ressembler à Kamtsa Bar Kamtsa, et je ne voulais pas faire honte à un homme qui participait à ce repas. Et sa participation même à un repas de Baba Salé semblait indiquer qu’une étincelle de sainteté s’était éveillée en lui et qu’il était désormais un autre homme, bien meilleur.

Je fis comme si je n’avais pas compris la demande de ces « Tsadikim », et constatant qu’ils ne pouvaient compter sur moi, ils s’adressèrent directement à Baba Salé, mais lui aussi fit semblant de ne pas comprendre leur demande. Ils baissèrent aussi les bras et reprirent leur place, pensant à la profanation du Nom divin qui se tramait d’après eux.

Pendant ce temps, Baba Salé prit une bouteille d’Arak et demanda à l’assemblée : qui nous offre à boire pour cette occasion joyeuse ? Les personnes présentes lancèrent des regards tout autour, curieux de savoir qui remporterait ce mérite, Baba Salé choisirait certainement l’homme le plus vertueux ou un homme ayant accompli une Mitsva très importante.

Au bout de quelques minutes, Baba Salé demanda : « Y a-t-il ici un homme nommé Elbaz ? » On chercha et on ne trouva aucun Elbaz, à l’exception de celui qu’on avait demandé d’expulser, mais il avait honte de s’approcher du Tsaddik.

Alors que Baba Salé répétait sa demande plusieurs fois, d’autres personnes, qui avaient interprété les choses différemment de ces « Tsadikim », poussèrent ce membre du conseil municipal à se diriger vers Baba Salé. Honteux, il rejoignit le Rav, et déclara : « Je m’appelle Elbaz. »

Baba Salé pencha sa tête vers Elbaz et lui dit à voix basse : « Sais-tu que notre nom de famille était Elbaz avant d’être Abou’hatsira ? Tu es des nôtres ! »

L’homme fut très ému des paroles du Rav, reçut la bouteille d’Arak des mains saintes du Rav et, les mains tremblantes, servit toutes les personnes présentes, y compris les « Tsadikim », stupéfaits de la conduite de Baba Salé.

Le Chabbath suivant cet incident, tout le monde fut surpris de voir cet homme se rendre à la synagogue en tenant une pochette contenant son Talith. Tout le monde vit comment il était possible de rapprocher un Juif avec amour. (source : Ohavam Chel Israël).

L’évaluation de la Ahavat Israël, l’amour de chaque Juif, est la Ahavat Israël !

Non pas comme l’envisageaient certains des participants au repas, qui, par zèle, estimaient qu’il était permis de faire honte à un Juif non-respectueux de la Torah et des Mitsvot.

Baba Salé et Rav Mordékhaï Eliyahou nous apprennent par cette histoire la juste voie qu’il nous faut choisir. De plus, précisément parce que cet homme était défini comme un Juif éloigné de la pratique religieuse, il était possible de découvrir l’étendue de l’amour pour D.ieu, car aimer les Tsadikim, ce n’est pas très difficile… l’essentiel de l’épreuve se mesure en fonction de l’amour porté aux personnes éloignées, sachant que tout Juif, quel qu’il soit, est le fils bien-aimé de D.ieu, loué soit-Il.

Comme l’affirme Rabbi Méir : « Un Juif, quel qu’il soit, est appelé fils. » Qu’il fasse ou non la volonté de D.ieu.

En conséquence, non seulement Baba Salé et le Mordékhaï Eliyahou n’ont pas voulu lui faire honte et l’expulser de manière humiliante, mais au contraire ! Ils l’ont rapproché, avec beaucoup d’amour et de bienveillance.

Comme le rapporte le Ba’al Chem Tov : « Un Tsaddik parfait et dénué de tout mal ne voit pas le mal chez autrui, et, à ses yeux, tout le monde est vertueux et pieux, c’est pourquoi il aime beaucoup les Juifs, etc… » (Ba’al Chem Tov sur la Torah, Kédochim).

Comme l’affirme Rabbi Avraham ‘Haïm Zagdoun : « Celui qui veut aimer Hachem doit aimer le peuple juif. Sans cela, cet amour pour D.ieu ne vaut rien » (Béérot Avraham ‘Haïm).

C’est le merveilleux niveau des grands sages d’Israël, qui aiment chaque Juif d’un amour inconditionnel, et rapprochent ainsi le peuple juif de leur Père céleste.

« Les actes des pères sont un signe pour les fils », puissions-nous être guidés par la lumière de Baba Salé et du Rav Mordékhaï Eliyahou, et de tous les saints Tsadikim aimant sincèrement tous les membres du peuple juif, Amen.

Source: TORAH BOX

0
0
0
s2sdefault


Chers Amis et Chers Enfants Boker Tov,

Ce soir c'est Roch Hachana !
Dès les premières heures où l’on entre dans le mois de Eloul, on intègre le processus de renouvellement personnel.

Celui-ci connaît son point culminant le jour de Kippour.


Le premier Eloul de l’histoire

Pour comprendre le mois d’Eloul dans une perspective historique, il nous faut nous souvenir de l’épisode biblique où le peuple d’Israël est devant le mont Sinaï : la faute du veau d’or fait chuter le peuple, et la relation récente établie avec D… est au plus mal.

Le processus de réconciliation commence le premier jour de Eloul. Ce jour là, Moshé entame une nouvelle ascension du mont Sinaï où pendant 40 jours il implorera les cieux afin que nous soyons pardonnés.

Au même moment les enfants d’Israël, conscients de leur faute, opèrent à une introspection qui débouche sur une repentance ainsi que sur un renouvellement qui leur permettra de relever le défi qui leur a été proposé. 40 jours qui engendrent finalement une progression spirituelle qui replace le peuple dans un rapport unique avec D… Le quarantième jour, Moshé apparaît avec les tables de la loi, c’est le jour de Kippour, du pardon absolu.


Le chiffre 40

Pourquoi ce processus a-t-il duré 40 jours ?

Plus encore, nous pouvons affirmer que ce chiffre est mentionné à plusieurs endroits dans la Thora :


- le déluge que connaît la génération de Noah, s’étale sur 40 jours

- le périple du peuple d’Israël dans le désert s’étend sur 40 années…

- le Mikvé doit contenir 40 mesures : « SEA »

- 40 jours pour que le fœtus se forme (Talmud Ve Siècle, la science le confirme au XXe Siècle) ETC…


Ce que nous pouvons noter, c’est que le chiffre « 40 » symbolise l’idée de renouvellement, d’un nouveau départ… Lors de la première ascension de Moshé, il a fallut 40 jours aux enfants d’Israël pour véritablement se métamorphoser, 40 jours de déluge pour recommencer en quelque sorte l’histoire de l’humanité.

En 40 années de traversée dans le désert le peuple d’Israël est né, a quitté son statut d’esclavage pour celui d’une nation libre. Le Mikvé représente, par excellence, le renouvellement spirituel. Enfin, ce n’est certainement pas un hasard si le foetus se forme en 40 jours, mais de cela nous en reparlerons.


Ces quarante jours qui séparent Eloul de Kippour sont indispensables à la mise en œuvre de notre dispositif relationnel avec D…


A chaque fois que nous avons le sentiment que D… s’éloigne, nous pouvons être sûrs que nous nous sommes nous même éloignés de lui.

Après la faute du veau d’or le peuple ne méritait plus cette relation quasi-intime avec D…

Il fallut 40 jours de repentance profonde, de prières pour comprendre la faute et amorcer un nouveau départ.

Depuis, cette période de l’année est propice au renouvellement, à la repentance et au pardon.


Qui aimerions nous être ?

Nous le disions plus haut, les maîtres disent que 40 jours après l’apparition du fœtus, on le dote de son âme.

Kippour qui a lieu quarante jours après Eloul est le jour de notre nouvelle naissance spirituelle : nous serions en quelque sorte nantis d’un nouvel esprit, une nouvelle âme.

Alors qui aimerions nous être après 40 jours ? Imaginons que l’on soit capable d’écarter tout le mal qui est en nous au profit de tout le bien qui nous enveloppe.

Qui aimerions-nous être ?

Réfléchissons quelques instants aux questions suivantes :


- quel type de parents ou d’amis aimerions – nous être ?

- comment pourrions – nous régler nos problèmes personnels ?

- quels défauts souhaiterions – nous proscrire définitivement ?

- comment souhaiterions – nous parler avec les autres ? (amis, collègues de travail, famille dont enfants, etc…)

- à quoi aimerions nous consacrer notre énergie, notre temps libre ?

- qu’aurions- nous voulu comprendre ?

- dans quel domaines souhaiterions – nous faire preuve d’une plus grande maîtrise sur nous – mêmes mais aussi sur les évènements de notre vie ?

- aurions-nous la possibilité de gagner en maturité, en sérénité ?


Lorsque nous répondrons à ces questions nous pourrons nous construire une image de l’homme idéal.

Cela ne signifie pas qu’au cours de l’année qui s’annonce nous deviendrons cet homme là.

Mais si nous ne connaissons pas la destination, l’objectif comment pourrions – nous essayer de l’atteindre, peu à peu ?


Le Talmud dit : « C’est dans le chemin qu’il souhaite emprunter que de là haut on le conduira… »

Roch Hachana est l’ultime étape avant Kippour, une dernière opportunité à saisir d’une certaine façon…

Réfléchissons, agissons et soyons confiants…

Qu’Il vous accorde une année aussi bonne que douce, aussi sereine que fructueuse.

Courage et de Bonnes nouvelles ,

GZ

0
0
0
s2sdefault
Chers Amis et Chers Enfants Boker Tov,
 
Généralement on n'aime pas travailler dur,comme l'on dit.
On est habitué à la facilité,et dans un sens cela peut être bien .
On dispose d'une machine à laver,un lave-vaisselle,un micro-ondes,une voiture ...(pensée pour nos grands-parents)
Le problème c'est que ces progrès qui nous simplifient la vie nous imprègnent du sentiment que tout doit être simple dans notre
vie jusqu'à nos relations humaines .Aussi dés que nous sommes confrontés à un obstacle,on aurait tendance à renoncer à
l'effort qui s'impose à nous.En un instant on sombre car incapable de travailler à résoudre notre problème.
Il n'est pas étonnant donc qu'on expérimente plusieurs régimes,qu'on pêche
par manque de constance quand il s'agit de faire du sport,qu'on divorce aussi vite,qu'on
cède à la déprime au moindre souci et j'en passe ...
Pour s'émanciper de cette logique générale,il faut garder à l'esprit le principe rabbinique suivant :
"Tu t'es efforcé avec peine,tu trouveras et tu apprécieras".
En d'autres termes ce qui vient avec facilité disparaît avec facilité,ce qui se gagne par la peine est appréciable à sa juste valeur,non ?
Courage et Bonnes nouvelles,
GZ
0
0
0
s2sdefault

SOURCE: YT RAV TOUITOU DAVID

0
0
0
s2sdefault

Chers Amis et Chers Enfants Boker Tov,


Le Rav Aharon Mikarline explique un verset du Tehilim :


"J'ai considéré mes chemins et je ramènerai mes pieds vers tes lois" .

"J'ai considéré" cela veut dire donner l'importance à chacun de ses actes,leur accorder de la considération.
Il est à noter que "pieds" en hébreu ("Raguelaïm") a la même racine que le mot "habitudes' ("Herguélim").
En d'autres termes pour changer mes habitudes,les mauvaises bien sûr,je me dois d'accorder de l'importance
à mes actions,et même à ma personne .


Ceci signifierait :

1.Que chaque pas fait dans le judaïsme doit être considéré comme important car de le cas contraire on pourrait vite aller en besogne et s'en dispenser au prétexte que de toute façon j'en suis trop loin que cela ne sert à rien.On tomberait dans l'inertie.

2.Que tant que l'individu a une mauvaise opinion de lui-même,il se condamne à la déprime plus ou moins profonde .
Le Rav conseille de prier,de demander au Tout-Puissant de l'aide pour oublier tous les méfaits qu'on aurait pu commettre,le but étant de se libérer du passé pour se réaliser .
A méditer ...
Courage et Bonne journée .
GZ

0
0
0
s2sdefault

SOURCE:YT/TORAH BOX

 

LES PROGRAMMES 2017-2018

 CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR L'AGRANDIR 

17991358 1327662920655886 889204611987668049 o18193700 10155471102822044 4358843032013237430 n17492281 1306030519485793 3048938785128600004 o

 

RETROUVEZ L'APPLICATION DU GAN AMI SUR IPHONE ET ANDROID

 logo IMPRESSION  2014-2015  C

CLIQUEZ CI-DESSOUS POUR TELECHARGER L'APPLICATION DU GAN AMI

APPLICATION GRATUITE 'GAN-AMI' 
Retrouvez nous à tout moment : Informations,Enseignements, ...
L'école du Coeur vous propose une application du ...Coeur ! 

IPHONE

 ANDROID