LE GAN-AMI EN CHIFFRES :

ÉLÈVES
SALARIÉS
CLASSES
0
0
0
s2sdefault

0
0
0
s2sdefault

De passage à Londres, un homme discutait, en compagnie de quelques amis, dans la maison d'une femme connue pour sa richesse et sa générosité.
Voici ce qu'il leur raconta :

Un certain juif, appelons-le 'Haïm, un homme pieux et sincère, vivait en Allemagne. Il s'occupait de commerce et sa petite affaire prospérait de façon satisfaisante. Mais un beau jour, 'Haïm décida qu'il en avait suffisamment fait pour son Olam Hazé : il gagnait largement de quoi subvenir aux besoins de sa famille. Il était donc grand temps qu'il songe à son Olam Haba et se soucie un peu de son avenir spirituel…

Il y avait tant de Mitsvot à faire ! Il fallait soulager la veuve, prendre soin de l'orphelin, nourrir les affamés, trouver de l'occupation pour les sans-emplois, prendre le temps d'écouter les malheureux etc.

« Je peux parfaitement me contenter d'ouvrir mon commerce la moitié de la journée seulement, décida-t-il. Cela me laissera une demi-journée qu'il me sera possible de mettre à la disposition de mes frères ! »

'Haïm ne tarda pas à mettre son projet à exécution. Il ferma ainsi son magasin jusqu’à midi tous les jours, et il put trouver le temps de répondre aux diverses sollicitations. Mais les Mitsvot, comme on s'en doute, ne manquaient pas, et le commerce ne resta plus ouvert que pour quelques heures durant l'après-midi. C'est alors que le Satan jugea bon de s'en mêler…

Le commerce qui ne rapportait évidemment rien le matin, puisqu'il était fermé, commença à se désemplir également l'après-midi, lorsqu'il était ouvert. Les clients se firent de plus en plus rares et les affaires allèrent en périclitant, ce qui ne manqua pas de soulever un concert de remarques plus ou moins acerbes parmi les proches de 'Haïm :  

Qui avait déjà entendu parler de n'ouvrir un commerce que des demi-journées ? Depuis quand ‘Haïm était-il devenu un philanthrope, et comment pouvait-il se le permettre ? Avait-il perdu la raison ? Etc.

Chacun avait son mot à dire, son conseil à donner. La seule qui n'importunait pas le malheureux 'Haïm, et même qui le soutenait, était son épouse, une femme droite et vertueuse comme lui. Les interventions familiales se multipliant, 'Haïm se retrouva à court d'arguments. Il sentait qu'il devait prendre une décision, mais laquelle ?

C’est alors que 'Haïm apprit que le ‘Hafets ‘Haïm venait d'arriver à Vienne pour prendre part à la Knéssia Guedola (le premier congrès de l'Agoudat Israël, en 1923). Il n'y avait pas à hésiter, il fallait se mettre en route pour Vienne ! 'Haïm irait voir le Tsadik et lui demanderait conseil.

Arrivé à Vienne, 'Haïm se rendit sans perdre de temps à l'hôtel où était descendu le ‘Hafets 'Haïm. Une mauvaise surprise l'attendait : des centaines de visiteurs venus eux aussi pour consulter le Tsadik emplissaient le grand hall et jusqu'aux couloirs de l'hôtel. Certains étaient là pour demander conseil, d'autres pour recevoir une Brakha ou un encouragement. Il ne serait pas facile d'être reçu ! Il se fraya pourtant un chemin à travers la foule : il essaierait au moins d'arriver à proximité du ‘Hafets ‘Haïm, l'occasion se présenterait peut-être de lui exposer son dilemme et de recevoir ses directives.

Le ‘Hafets ‘Haïm, juste lorsque ‘Haïm arriva enfin à entrer, terminait de se laver les mains pour le repas. 'Haïm l'entendit faire le Motsi, après quoi le ‘Hafets ‘Haïm commença à réciter le Psaume 23 : Mizmor Lédavid. 'Haïm, plein d'émotion, suivait intensément chaque geste du Gadol hador. Il l'observa tandis que celui-ci commençait à manger, et soudain, ‘Haïm tendit l'oreille : comme il le faisait fréquemment, le ‘Hafets ‘Haïm, au fur et à mesure qu'il les récitait, expliquait certains versets en yiddish.

Le ‘Hafets ‘Haïm venait de commencer le verset : « Akh Tov Va'hessèd Yirdéfouni (mais le bien et la générosité me poursuivent) », lorsqu'il s'interrompit :

« Que veut nous dire par là le roi David ? s'interrogea-t-il à haute voix. C'est que, voyez-vous, enchaîna-t-il sans attendre de réponse, il arrive parfois qu'un homme décide de se montrer généreux et de répandre le bien autour de lui. Que se passe-t-il alors ? A cause de cette générosité précisément, il est bientôt poursuivi, et le voilà en butte à toutes sortes de critiques. Cet homme ne va-t-il pas se décourager ? Se demander ce qui l'oblige à se créer des problèmes ?

Ne sois pas stupide ! lui répond David Hamélekh. Si on te poursuit, c'est parce que telle est la volonté de D.ieu ! Sans doute a-t-il été décidé, là-haut, que tu devais subir des difficultés. Réfléchis un instant ! Ne penses-tu pas qu'il est infiniment préférable d'être persécuté pour le bien qu'on répand autour de soi que de l'être sans raison ? Si tu dois souffrir, autant que cela en vaille la peine ! Il n'est rien de plus navrant que de ne pas comprendre pourquoi on souffre. Toi, tu as la satisfaction de savoir pourquoi tu souffres et d'assurer en même temps ton avenir dans le monde futur !

C'est là le souhait du roi David : n'être toujours poursuivi que par la bonté et la générosité.

« Je ne désire, affirme David Hamélekh, me préoccuper que de bien et de charité ! Et s'ils me poursuivent ? Eh bien qu'ils me poursuivent… Toute ma vie s'il le faut. C'est ce qui assurera mon avenir, et je resterai dans la maison de D.ieu pour l'Eternité ! »

'Haïm n’arrivait pas à en croire ses oreilles. Il en avait suffisamment entendu, il n'avait même plus besoin d'obtenir un entretien à présent : il avait reçu sa réponse ! Le ‘Hafets ‘Haïm, comme s'il avait deviné le problème qui le tourmentait, lui avait indiqué la voie à suivre.

Heureux et satisfait, 'Haïm prit le chemin du retour. Il pourrait dorénavant se consacrer à ses œuvres sans se soucier des problèmes que cela lui créait. Peu lui importait les persécutions qui en résulteraient. Ce qu'il désirait, c'était « rester à tout jamais dans la maison de D.ieu. »

Comme l'invité finissait de rapporter cette anecdote, la mère de la maîtresse de maison, une femme pieuse et connue pour sa générosité, entrouvrit la porte derrière laquelle elle s'était modestement dissimulée afin d'écouter.

« Le juif dont vous avez raconté l'histoire, déclara-t elle d'une voix tremblante, tandis que ses larmes étincelaient au coin de ses yeux, c’était mon mari ! »

Source: Torah BOX

0
0
0
s2sdefault

Source:TORAHACADEMY

LE BLOG DE GUIL ZENOU

dimanche, octobre 14, 2018 LE BLOG DE GUIL ZENOU
J’ai assisté récemment à un cours de Moussar (morale juive) qui citait le concept du Rav Avigdor Millier de « Cinq diamants par jour », chaque action que nous devons effectuer chaque jour pour nous aider à progresser, à devenir de meilleurs Juifs et à améliorer la qualité de notre vie. La liste du Rav Miller inclut les points suivants : Parlez à Hachem une minute par jour : vous pouvez confier vos problèmes à Hachem, Le remercier pour vos réussites, ou autre. Appréciez une chose par jour : aujourd’hui, j’ai apprécié _____________. Faites quelque chose pour Hachem : lorsque vous mangez, pensez : je mange pour être en bonne santé et pouvoir servir Hachem. Je vais dormir pour être bien reposée et servir Hachem. Je suis généreuse et je fais du ‘Hessed, car c’est la volonté de D.ieu. Donnez une Brakha à un autre Juif : vous pouvez le faire en silence. Si vous rencontrez une famille, vous pouvez prier pour qu’ils soient en bonne santé, etc. Proclamez autour de vous à quel point Hachem est remarquable : vous pouvez dire : j’étais fatiguée aujourd’hui, mais Hachem m’a donné la force d’accomplir mes obligations. Nous pouvons appliquer ces principes au domaine éducatif : 1. Parler à Hachem une minute par jour : parlez à Hachem des problèmes que vous rencontrez avec vos enfants. Demandez-Lui de vous aider à trouver des solutions. Nous ne pouvons exercer notre rôle de parents sans l’aide de D.ieu. 2. Appréciez une chose par jour : observez chacun de vos enfants et pensez à l’une de ses qualités, un point que vous aimez chez eux. 3. Faites quelque chose pour Hachem : tout ce que nous faisons pour nous occuper de nos enfants fait partie de la Mitsva de Gidoul Banim (éducation des enfants). Nous pouvons dire : « Je change des couches, je donne à manger à mes enfants, je les emmène à l’école pour accomplir cette Mitsva, pour servir Hachem ». Cela élève la fonction de parent à un tout autre niveau spirituel. 4. Donnez une Brakha à un autre Juif : donnez des Brakhot à vos enfants. Un grand nombre d’entre nous donnons des Brakhot à nos enfants le vendredi soir. Nous pouvons leur en donner chaque jour, pas nécessairement à voix haute. Lorsqu’ils quittent la maison le matin, nous pouvons penser : « Hachem, de grâce, protège-les, aide-les à étudier, aide-les à s’entendre avec leurs amis, etc. ». 5. Expliquez à vos enfants à quel point Hachem est extraordinaire : j’ai une amie qui, le Chabbath, demande à ses enfants de raconter une histoire de Hachga’ha Pratit à la table du Chabbath. Ils doivent raconter une anecdote qui leur est arrivée où ils ont vu la main d’Hachem, par exemple ils ont rencontré un ancien ami par hasard, ils cherchaient un Dvar Torah et ils l’ont trouvé dans le premier livre qu’ils ont consulté, etc. Nous pouvons en faire une version abrégée à table, ou nous pouvons simplement dire devant nos enfants : « Hachem a été si bon pour moi aujourd’hui. J’ai trouvé une place de parking juste devant le magasin, j’ai fini tout le travail que je devais faire, ou j’ai trouvé ma glace préférée au supermarché… ». Adina Soclof Source: © Torah-Box
jeudi, octobre 11, 2018 LE BLOG DE GUIL ZENOU
Ce cours sur la Parachat Noah' doit être un enseignement pour nous tous! Bonne écoute à tous!
lundi, octobre 08, 2018 LE BLOG DE GUIL ZENOU
Bientôt la fin des traitements du cancer par chimiothérapie ? Une équipe de scientifiques israéliens (CLIQUEZ POUR VOIR LA VIDEO) travaille sur des cellules artificielles qui mangeraient littéralement les cellules cancereuses. Ces bijoux de nanotechnologie permettraient aussi de mettre au point un traitement personnalisé, loin des ravages de la chimiothérapie.
dimanche, octobre 07, 2018 LE BLOG DE GUIL ZENOU
Histoire extraordinaire relatée par le Rav Elimélekh Biderman : dans un Talmud Torah de Bné Brak, un enseignant animé de crainte du ciel faisait son travail avec dévouement, et ne s’arrêtait jamais au milieu d’un cours, excepté dans des cas d’extrême urgence, qui étaient exceptionnellement rares. Un jour, à l’approche de Pessa’h, il s’excusa auprès de ses élèves au milieu du cours et se rendit dans la salle des professeurs. L’un des directeurs qui avait remarqué qu’il sortait, l’entendit téléphoner à son domicile et demander d’une voix inquiète si les anciens costumes qui se trouvaient dans l’armoire avaient été jetés à la poubelle.
jeudi, octobre 04, 2018 LE BLOG DE GUIL ZENOU
Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. Or la terre n'était que solitude et chaos; des ténèbres couvraient la face de l'abîme, et le souffle de Dieu planait à la surface des eaux. Dieu dit: "Que la lumière soit!" Et la lumière fut. Dieu considéra que la lumière était bonne, et il établit une distinction entre la lumière et les ténèbres. Dieu appela la lumière jour, et les ténèbres, il les appela Nuit. Il fut soir, il fut matin, un jour. Dieu dit: "Qu'un espace s'étende au milieu des eaux, et forme une barrière entre les unes et les autres."... SOURCE:YT/TORAH BOX
OU NOUS TROUVER ?
Ecole Gan Ami
04.96.10.08.50
47 Rue Saint-Suffren,
13006 Marseille, France
Niveau d'études : De la Crèche au Lycée
Mixité : Garçons - Filles / Mixte
Régime : Contrat association

PARTENAIRE

 

Avec Le Soutien
De
"CHAYIL"-ISRAEL

חינוך יהודי לתפוצות

VIDEO: RAV MEIMOUN CHLITA AU GAN-AMI

Prochaine Fête : Hanoucca

  • Les Mysteres De Hanoucca

    Lire
  • Cours Sur Hanoucca

    Lire